mardi, janvier 28, 2014

Interview de Mocaskai par Zeblak


[Zeblak] Depuis quand es tu dans le milieu du hip hop ?

[Mocaskai] Je suis dans le hip hop en tant qu'activiste depuis 1998, même si j’écoute du rap depuis bien plus longtemps que ça. A vrai dire, tout a commencé quand mon pote Raffaello m’a demandé un jour si j’étais chaud pour qu'on forme un groupe. Et voila, on avait un micro pourri, une chaîne pourrie et on enregistrait sur cassette.

Quels sont les messages de tes textes et leurs objectifs ?
Je fais passer pas mal de messages dans mes textes, autant des textes engagés, où je fais découvrir mon point de vue sur le monde dans lequel on vit, vu qu'il y a tellement de choses à dire. Ou bien des textes plus personnel, afin que mes auditeurs apprennent un peu mieux à me connaître. Ou alors je fais des égotrips. Après tout dépend de la prod que j'ai. J’écris rarement si je n'ai pas de prod, c'est en général elle qui me donne l'inspi pour le thème que je vais aborder.

Pourquoi avoir choisi MOCASKAI comme nom d’artiste ?
Mon nom d'artiste provient d'une addition de portugais et de français. "Moca" voulant dire une cuite en portugais et "sky" c'est le diminutif de whisky. Voila, c'est suite à certaines vilaines cuites que j'ai pu pécho au sky que le blaze m'est venu.

D’où vient ton amour pour le rap ?
Je ne peux pas te dire d'où est venu mon amour pour le rap, c'est venu naturellement. Et au fil du temps, plus j'écris et plus je kiffe ça.

As-tu été influencé par des rappeurs ?
Ouais, mes influences ont été surtout NTM et plus particulièrement Kool Shen. J'ai saigné leurs albums et leurs concerts. Lors de leur reformation j’étais comme un mioche quand je les ai vus sur scène. Après des mc’s m'ont donné encore plus l'envie de continuer, comme Lino, Akhenaton, Rocca. Et quand t'entends un 2pac, un Biggie, un Nas, t'es obliger de kiffer le pera.

Quels sont tes sentiments par rapport au hip hop français ?
Mon sentiment actuel sur le rap français, pour être honnête, je préfère le rap des années 1998/2002, c'était plus vrai. Il y avait moins ce coté rap game qu'il y a aujourd'hui et il y avait plus de consistance dans les textes, plus de vrais messages. Même si le rap de maintenant a encore du level, heureusement d'ailleurs, je trouve qu'il y a beaucoup plus de déchets dans ce qu'on écoute aujourd'hui en radio, par rapport à avant.

Et les rappeurs portugais de France ?
Tu sais, les rappeurs portugais de France, il y en a pas des masses non plus, mais il y en a de très très bons et ils n'ont pas la visibilité qu'ils devraient avoir. Drikinho s'est fait sa place et doit être le mc le plus connu de nous tous, hormis Kimto, qui a un level de fou depuis bien longtemps maintenant, ainsi que Zekwe Ramos qui fait son chemin chez Neochrome.
Mais il y en a d'autres, mis à part moi, qui devrait être plus connus, (bah ouais, je m'inclus dedans aussi tant qu'à faire). Des rappeurs de malade, comme Saro Laranjinha, Tiago Lusitanos, Scarlinho, Efesio, Trafalg'Art, K'Ryl, Ramires et Jazz, ils ont des plumes de malades et un flow qui démonte et je m'excuse pour ceux que j'oublie.

Et comment vois-tu évoluer le hip hop portugais ?
Le hip hop portugais a énormément de level et ça ne fait que croître d'année en année. Ca fait plaisir de voir le hip hop prendre une autre dimension au Portugal, maintenant tu en entends dans des boutiques, à la télé, chose qui avant était impensable.

Prépares-tu un album ou des nouvelles collaborations ?
Ouais, je suis en plein dedans là. Je prépare un album solo, j'ai déjà une palette de 20 titres qui sont actuellement fini et en phase de mixage. Je vais encore faire peut être 4/5 titres et ensuite je ferais la sélection des meilleurs titres pour délivrer un 18 titres, je pense. J'y réfléchi encore, mais ce qui me motive c'est qu'il est attendu par ceux qui suivent mon taf, du coup ça motive encore plus après le maxi que j'ai fais y'a 3 ans déjà.
Pour ce qui est des collaborations il y en a pas mal. Sur le projet j'ai 11 beatmakers différents, des français et des portugais. Et pour les feats, pour l’instant, on peut compter sur Roldan du groupe Orishas, de Bastos, de Keuspi mon poto avec qui j'ai fais deux projets, de Royalistick, rappeur portugais de Lisbonne et de deux chanteuses qui sont Andrea, et Christine Araujo qui est canadienne. Et je taffe encore sur d'éventuel nouveaux featurings pour l'album.

Je te laisse le mot de la fin, un espace pour finir :
Je vous invite à suivre mon taf, à voir mes vidéos sur Youtube en tapant juste MOCASKAI dans les recherches, à pécho mon maxi sur Itunes, il y a en plus 4 sons bonus, ou sur Fnac.com, puis à pécho mon futur album qui j'espère plaira a un max de gens. Sur ce PEACE et restez à l'écoute.

Février 2014


Aucun commentaire: